Actualité artistique

Daniel Boudinet, poésie nocturne au château de Tours

connaissance des arts -

Donné à l’État en 1991, un an après la mort prématurée du photographe (à 45 ans), l’œuvre de Daniel Boudinet est conservé à la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. Coproduite par le Jeu de paume en collaboration avec la Ville de Tours, l’exposition puise dans ce vaste corpus de quatre mille tirages et quatre-vingt-quinze mille négatifs, pour proposer un accrochage de cent vingt images, agrémenté de documents et de vidéos. La sélection opérée par Christian Caujolle et Mathilde Falguière fait la part belle aux œuvres les plus intimistes de l’artiste, avec une prédilection pour l’architecture et les villes photographiées de nuit, des ruines de Rome aux ponts de Paris.

Cet article Daniel Boudinet, poésie nocturne au château de Tours est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

L’été d’Arte : Live Art présente l’exposition 14 rooms, un concept inédit

connaissance des arts -

Après les expositions consacrées à Christian Boltanski, à Philippe Parreno et à Joan Jonas, le quatrième volet de Live Art d’Arte, une série de documentaires de 26 minutes, proposera dimanche 26 août à 11H45, de revenir sur « 14 Rooms », une exposition présentée en 2014 à Bâle. Très atypique, cette exposition a réuni le travail de quatorze artistes, dont Joan Jonas, Marina Abramović, Otobong Nkanga, Xu Zhen ou encore Laura Lima. Dans une architecture d’Herzog & de Meuron, comprenant quatorze espaces blancs fermés de 25 m², chaque artiste présentait des sculptures vivantes qui bougeaient, parlaient, chantaient ou se déshabillaient sous le regard intrigué des spectateurs.
Cette coproduction d’Arte France et de Camera Lucida Productions offre une nouvelle vision de l’art contemporain et permet d’entrer dans les coulisses de nouvelles formes de création. Pour retrouver les quatre premiers épisodes de Live Art sur Arte Magazine, il suffit de s’inscrire gratuitement. Tous les épisodes de la collection pourront aussi être visionnés en replay pendant 30 jours sur Arte.tv !

Cet article L’été d’Arte : Live Art présente l’exposition 14 rooms, un concept inédit est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

De nouveaux sites archéologiques révélés par la canicule en Grande-Bretagne

connaissance des arts -

Les caprices de la Nature mènent parfois à de surprenantes découvertes scientifiques. La canicule de cet été 2018 n’a pas épargné nos voisins d’Outre-Manche qui ont vu ponctuellement apparaître dans leurs champs et jardins, jaunis par la chaleur, des traces d’anciennes occupations. Ces marques apparaissent généralement en raison de la présence d’éléments enfouis dans le sol (pierres de construction, structures en bois, fossés, etc.) qui, en fonction de leurs propriétés, tantôt freinent, tantôt accélèrent la croissance des végétaux en surface. L’assèchement des terres renforce ce phénomène qui transforme le paysage en véritable livre d’histoire à ciel ouvert.
Dans la région de Clifton Reyes, en Angleterre, les archéologues ont ainsi pu découvrir la présence de vestiges enfouis de deux nouveaux cursus (« champ de course » en latin), ces monuments datés de la période Néolithique (vers 3600-3000 avant J.-C.) qui comptent parmi les plus anciennes structures préhistoriques conservées en Grande-Bretagne et dont on ignore jusqu’à ce jour la fonction exacte. Près d’Eynsham, dans l’Oxfordshire, la concentration de dizaines de cercles d’herbe verte a brusquement révélé l’existence d’un cimetière préhistorique regroupant des monuments funéraires datables entre 4000 et 700 avant notre ère.

Remains of #Roman farm found Roman at #Bicton near Budleigh Salterton

“central enclosure may have contained farm buildings, fields and paddocks attached to a central area – showing a form of settlement that probably dates to the Roman period”https://t.co/z9s7JKfOdc pic.twitter.com/W99n8h6rvK

— Hellene Travel (@HelleneTravel) August 20, 2018

À Bicton, dans le Devon, c’est le dessin d’une ferme romaine qui est apparu dans un champ, révélant ainsi la distribution de ses différents corps de bâtiment. Au mois de juillet dernier, le château de Chatsworth, dans le Derbyshire, a quant à lui vu réapparaître dans ses jardins l’agencement de ses bosquets et ses allées tel qu’il avait été pensé en 1699 !

What an interesting result of our recent extreme weather … a spectacular hidden garden has appeared at Chatsworth House. @countrylivinguk #gardening #gardenhistory #derbyshire pic.twitter.com/rGiFoeLsLJ

— TheGardenCompany (@Garden_Company1) August 2, 2018

À Clumber Park, dans le Nottinghamshire, ce sont les fondations de la résidence des ducs de Newscastle, détruite en 1938, qui sont soudain réapparues. Les pierres présentes dans le sol étaient devenues si chaudes qu’elles avaient drainé l’eau en sous-sol et empêché l’herbe de se développer en surface, laissant apparaître les grandes lignes du plan du bâtiment.

We are delighted to be featured in this BBC article – 'Hidden landscapes the heatwave is revealing'. https://t.co/MbYjYAnTii pic.twitter.com/YDbKKHiMr4

— Clumber Park (@NTClumberPark) July 17, 2018

Les archéologues britanniques ont donc multiplié les campagnes de photographies aériennes pour garder la mémoire de ces vestiges fantomatiques grâce auxquels le monde sous-terrain et ses trésors rejoignent brièvement le présent. « Je n’ai jamais autant travaillé durant l’été en vingts années de vol », a déclaré Damian Grady, directeur du service de reconnaissance aérienne de l’organisation Historic England, qui se réjouit de la découverte de nombreux vestiges archéologiques dans des zones où aucun indice lié à la végétation n’avait jusque là pu être observé.

Cet article De nouveaux sites archéologiques révélés par la canicule en Grande-Bretagne est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Françoise Nyssen accusée d’infraction aux codes de l’urbanisme et du patrimoine

connaissance des arts -

L’affaire a débuté le 22 août lorsque le journal « Le Canard enchaîné » a révélé qu’en 1997 Françoise Nyssen, alors présidente du directoire de la société d’Actes sud, aurait fait agrandir de 150 m² les bureaux parisiens de la maison d’édition, installés dans l’hôtel d’Aguesseau (VIe arr.), sans aucune autorisation. L’intervention a notamment consisté dans la création d’un entresol dans les pièces du rez-de-chaussée, côté cour et côté jardin. Menés sans permis de construire (pourtant obligatoire pour toute extension de plus de 20 m²), ces travaux n’auraient été signalés ni à la direction de l’urbanisme de la Mairie de Paris ni au fisc et enfreindraient aussi bien le code de l’urbanisme que celui du patrimoine. En effet, la façade du bâtiment étant classée au titre des monuments historiques depuis 1926, les Bâtiments de France et l’architecte en chef des Monuments historiques auraient également dû être informés de ces importants travaux de remaniements des espaces intérieurs. Interrogée sur cette affaire, la ministre de Culture a affirmé que des démarches allaient rapidement être entreprises pour régulariser la situation d’Actes Sud, reconnaissant qu’« aucune entreprise n’est au-dessus des lois ». L’embarras de Françoise Nyssen est d’autant plus grand que le même « Canard enchaîné » avait déjà révélé au mois de juin la régularisation tardive par cette dernière de travaux illégaux effectués au siège d’Actes sud dans le centre historique et classé d’Arles. Suite à ces révélations, l’association Sites et Monuments, ancienne Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF), a décidé de déposer plainte auprès du procureur de la république contre la ministre de la Culture, considérant que cette dernière « s’est affranchie des règles du droit du patrimoine et de l’urbanisme, aussi bien à Arles qu’à Paris ». Dans son communiqué de presse du 23 août, l’association souligne que cette affaire est d’autant plus grave qu’elle « fait un curieux écho au silence de la ministre lors des récentes attaques contre le patrimoine bâti, notamment au parlement dans le cadre de la loi ELAN ». Au-delà de l’exemplarité attendue de tout membre du gouvernement, c’est donc la probité même de la ministre que remet en cause l’association. Il y a quelques heures, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête sur l’agrandissement des locaux parisiens d’Actes Sud.

Cet article Françoise Nyssen accusée d’infraction aux codes de l’urbanisme et du patrimoine est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Vendredi lecture : Monumental !

connaissance des arts -

La nature est immense et immense aussi la littérature qui lui a été consacrée. Il fallait bien une anthologie pour en faire le tour ! Cependant, un lecteur averti en vaut deux : Écrire la nature n’est pas un livre de chevet, dont on tournerait les pages confortablement calé dans son lit avant d’éteindre la lumière… Il se consulte plutôt sur table et il est déconseillé de le laisser échapper des mains. étant donné son poids (près de cinq kilos), on prendrait le risque de connaître le sort de Lulli, mort d’avoir lâché sur son pied sa lourde canne de direction. Et puis, le livre mérite deux lectures, dans l’ordre qu’il plaira. L’une consacrée aux textes, de la Genèse à Patrick Chamoiseau, quelques siècles tout de même ; l’autre à une splendide iconographie fort bien reproduite et mise en page. Quelques associations s’imposaient : ainsi des bois de Dufy pour illustrer Le Bestiaire d’Apollinaire (1911) ou des gravure de Doré (1863) pour le Don Quichotte de Cervantès. Toutes construisent un merveilleux voyage commencé dans l’incessante navette entre image et mots. Le rêve est de tous les instants, l’étonnement parfois, le bonheur aussi des retrouvailles avec des œuvres connues et la découverte ce celles qu’on ignorait. Des exemples d’accords réussis ? Hésiode face à Arcimboldo, Cyrano de Bergerac face au Lorrain, Virginia Woolf face à Dubuffet. Un regret : que la peinture contemporaine n’ait pas trouvé une vraie place dans ces choix.

 

 

Cet article Vendredi lecture : Monumental ! est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Pages

Les liens ci-dessous sont des flux RSS d'informations gratuites en provenance d'autres sites internet ayant un rapport avec les cours et stages de peinture et plus généralement l'art . la Société Française de l'Aquarelle n'est en aucune façon responsable du contenu de cette zone grisée.