Actualité artistique

Toutânkhamon : plus de 1,4 million de visiteurs pour le trésor du pharaon légendaire

connaissance des arts -

Au début du mois, l’exposition présentée à la Grande Halle de la Villette, à Paris, est entrée dans l’histoire en devenant l’exposition la plus fréquentée en France avec 1 371 476 visiteurs. Depuis, elle n’a cessé de creuser l’écart pour se clôturer en fixant le nouveau record à 1 423 170 visiteurs. Elle devance ainsi l’exposition « Toutânkhamon et son temps », la plus visitée jusqu’alors, qui a rassemblé 1 240 975 personnes en 1967 au Petit Palais. Avec un public français à 93,41 % (dont 52 % d’Île-de-France), l’exposition témoigne « une nouvelle fois de la passion de la France et des Français pour l’égyptologie », explique Khaled El-Enany, ministre égyptien des Antiquités. À présent, les 150 objets présentés poursuivent leur tournée du centième anniversaire de la découverte du tombeau de Toutânkhamon. Après Los Angeles et Paris, l’exposition de la firme américaine IMG s’installe à la Saatchi Gallery de Londres, du 2 novembre 2019 au 3 mai 2020, avant de rejoindre la collection permanente du nouveau Grand Musée Égyptien du Caire. Afin de redécouvrir les uniques objets du tombeau et de poursuivre votre visite, retrouvez « Toutânkhamon, le trésor du pharaon » dans le hors-série de Connaissance des Arts, encore disponible en librairie.

Cet article Toutânkhamon : plus de 1,4 million de visiteurs pour le trésor du pharaon légendaire est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Aller au musée avec ses petits-enfants

connaissance des arts -

C’est sous les ors du Ministère de la Culture, à Paris, que sera inaugurée la 2e Journée nationale des grands-parents & petits-enfants, le mercredi 25 septembre. Mais cette journée, aussi appelée Le Grand Mercredi, proposera des événements et des animations dans toute la France, notamment dans le domaine culturel, tels que des visites dédiées dans des musées, des ateliers gratuits ou des offres promotionnelles adaptées aux grands-parents accompagnés de leurs petits-enfants. Lancée l’an dernier par la  start-up française Grand-Mercredi, cette Journée veut souligner le rôle majeur que les grands-parents jouent dans la société et dans la transmission de la culture sous toutes ses formes. Elle s’inscrit dans la lignée des actions de Grand-Mercredi qui, par un site, un journal papier, des messages envoyés sur les réseaux sociaux, des newsletters et des formations, prodiguent des conseils aux seniors pour comprendre, divertir et épauler leurs petits-enfants. Tous les domaines sont abordés, de la cuisine à quatre mains au dernier dessin animé, des vacances en famille aux conseils de lecture, des visites de lieux méconnus aux plus belles expositions. Parmi différentes initiatives de musées, citons le tarif réduit réservé pour les grands-parents et petits-enfants au Musée Picasso, une visite théâtralisée au Panthéon (à partir de 10 ans), des ateliers pédagogiques au Grand Palais, une visite « Mimer l’histoire, interpréter les saisons » dans le parc de Versailles, et des ateliers « Portraits composés » consistant à créer un portrait rassemblant petits-enfants et grands-parents au Louvre Lens, pionnier en termes de propositions pour les familles. Retrouvez toutes les informations sur le site www.grand-mercredi.com.

Cet article Aller au musée avec ses petits-enfants est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Ma langue au chat : Matisse était-il cinéphile ?

connaissance des arts -

Jusqu’au 5 janvier, le musée Matisse à Nice présente les liens tissés entre le peintre et le cinéma.

QUESTION

Matisse était-il cinéphile ?


.
.
.

RÉPONSE

Oui. Matisse a même visité les studios de la Goldwyn Mayer lors de son séjour aux États-Unis en 1930. Sans avoir identifié tous les films dont Henri Matisse fait mention ou qu’il commente dans ses lettres et agendas, les commissaires de l’exposition en signalent une quarantaine, du Paria de la vie de Douglas Fairbanks en 1918 à Le Silence d’or de René Clair en 1948.

Toutes les réponses figurent bien sûr dans le catalogue publié par In Fine Éditions d’art,
disponible sur Amazon ou dans les librairies dont les noms figurent le site www.leslibraires.fr

Cinématisse
In Fine Éditions d’art, 128 pp., 25 €
Cet ouvrage est publié à l’occasion de l’exposition « Cinématisse. Dialogues d’un peintre avec le cinéma »
organisée du 19 septembre 2019 au 5 janvier 2020 au musée Matisse à Nice.

+ d’infos

Cet article Ma langue au chat : Matisse était-il cinéphile ? est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Ma langue au chat : Matisse a-t-il eu des liens avec les studios de la Victorine ?

connaissance des arts -

Jusqu’au 5 janvier, le musée Matisse à Nice présente les liens tissés entre le peintre et le cinéma.

QUESTION

Matisse a-t-il eu des liens avec les studios de la Victorine ?


.
.
.

RÉPONSE

Aucun avéré. En 1921, il peint dans le parc Liserb à Cimiez, à l’endroit où a été tourné deux ans auparavant le film La Sultane de l’amour. La même année, il assiste à un tournage place Masséna. Enfin, on sait que Matisse a été photographié avec Max Ingram, le directeur des studios, et qu’il était ami avec l’acteur Gaston Modot, qui lui aurait conseillé de prendre la jeune Henriette Darricarrère comme modèle pour ses Odalisques.

Toutes les réponses figurent bien sûr dans le catalogue publié par In Fine Éditions d’art,
disponible sur Amazon ou dans les librairies dont les noms figurent le site www.leslibraires.fr

 

Cinématisse
In Fine Éditions d’art, 128 pp., 25 €
Cet ouvrage est publié à l’occasion de l’exposition « Cinématisse. Dialogues d’un peintre avec le cinéma »
organisée du 19 septembre 2019 au 5 janvier 2020 au musée Matisse à Nice.

+ d’infos

Cet article Ma langue au chat : Matisse a-t-il eu des liens avec les studios de la Victorine ? est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Dans les coulisses avec Degas à Orsay

connaissance des arts -

Edgar Degas (1834-1917) fit du monde musical et de la danse une source d’inspiration majeure étendue jusqu’à l’illustration d’éventails. En consacrant à ce thème de prédilection une exposition, le musée d’Orsay balaie donc l’étendue d’une carrière qui poussa également l’artiste à aborder la sculpture avec sa Petite Danseuse de 14 ans (1879-1881), unique sculpture exposée de son vivant mais se trouvant néanmoins au cœur d’un imbroglio de modèles en plâtres et de tirages. « [Avec la danse], je puis retrouver les mouvements des Grecs », a pu dire Degas qui devait, à travers elle, toucher le secret de l’équilibre classique. Cette exposition devrait aussi nous en dire plus sur la chronologie encore discutée de certaines œuvres – par ailleurs fréquemment retouchées –, ainsi que sur les techniques mêlées employées dans ses dessins et monotypes.

Cet article Dans les coulisses avec Degas à Orsay est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Pages