Actualité artistique

Mr. invente la mélancolie kawaii

connaissance des arts -

On l’a connu dans un style très coloré et kawaii (mignon, en japonais) mais aujourd’hui Mr; (à prononcer comme monsieur en anglais) dévoile une série empreinte de mélancolie. Liées à ses lectures et réflexions personnelles, les nouvelles peintures et sculptures de l’artiste japonais, né en 1969, se lisent telle une ballade urbaine et nocturne, dotée de tons plus sombres et de nouveaux effets de matières. Au mois de juillet, ce travail sera également proposé, en collaboration avec Pharrell Williams, au musée Guimet à Paris.

Cet article Mr. invente la mélancolie kawaii est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

« Togeth’HER » : 33 artistes revisitent la couverture de « Vogue Paris » pour soutenir ONU Femmes

connaissance des arts -

Pour soutenir la cause d’ONU Femmes, entité des Nations unies consacrée à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes, trente-trois artistes ont été invités à créer leur propre couverture du magazine « Vogue Paris » en rendant hommage à une femme inspirante et iconique de la publication. L’ensemble de ces œuvres sera présenté durant une semaine à la Monnaie de Paris dans le cadre d’une exposition en accès libre, avant d’être dispersé aux enchères par la maison de vente Christie’s. Les fonds récoltés permettront de financer la promotion de programmes visant à favoriser l’égalité des sexes et la liberté des femmes dans le monde. Parmi les artistes ayant répondu à l’appel citons notamment ORLAN et son projet autour de Simone de Beauvoir et Joséphine Baker, Grayson Perry et son fétichisme pour la « coiffure laquée de Margareth Thatcher », Joana Vasconcelos et sa broderie surréaliste autour de Marie-Antoinette, Françoise Pétrovitch fascinée par l’écriture de Joyce Carol Oates ou encore Gérard Fromager et son hommage minimaliste aux femmes africaines. Le catalogue, disponible ce mois-ci en kiosque avec « Vogue Paris », « Vanity Fair » ou « AD », fait ainsi se côtoyer des muses venues d’horizons bien lointains telles que la célèbre danseuse Isadora Duncan (par Lita Albuquerque), Michelle Obama (par Hom Nguyen), la philosophe Hannah Arendt (par Agnès Thurnauer), l’artiste pionnière de l’abstraction Hilma af Klint ou encore la playmate Bettie Page (par Ida Tursic et Wilfriest Mille). Ce projet, conçu par David-Hervé Boutin (curateur en 2016 de l’exposition-vente au Palais de Tokyo « Artistes à la Une par Libération », au profit de Reporters sans frontières), s’inscrit dans la ligne artistique de la Monnaie de Paris, mise en oeuvre par Camille Morineau, directrice des expositions et des collections, qui souhaite toujours davantage soutenir et rendre visible la création des artistes femmes.

Cet article « Togeth’HER » : 33 artistes revisitent la couverture de « Vogue Paris » pour soutenir ONU Femmes est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Nancy sur un air d’opéra

connaissance des arts -

Construit à proximité du Palais ducal, le premier Opéra de la ville est en effet inauguré en 1709, avant qu’un second ne lui succède en 1755. Convoquant la mémoire de ces trois salles et des spectacles qui s’y déroulèrent, l’exposition met en scène documents d’archives, œuvres d’art mais aussi costumes et décors contemporains.

Cet article Nancy sur un air d’opéra est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Décès de l’archéologue Véronique Schiltz, spécialiste de l’art des Scythes

connaissance des arts -

Née à Châteauroux en 1942, Véronique Schiltz était membre associée de l’Unité de recherches Archéologies d’Orient et d’Occident au laboratoire d’archéologie de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Elle était également membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Spécialiste de l’art des steppes, elle a été impliquée dans de nombreuses publications et expositions comme celles consacrées à « L’Or des Scythes » au Grand Palais en 1975, « L’Or des cavaliers thraces » au palais de la Civilisation de Montréal en 1987, « L’Or des Sarmates » à l’abbaye de Daoulas en 1995 et « L’Or des Amazones » au musée Cernuschi et au musée des Jacobins de Toulouse en 2001.

Cet article Décès de l’archéologue Véronique Schiltz, spécialiste de l’art des Scythes est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Disparition du linguiste Pierre Encrevé, spécialiste de Pierre Soulages

connaissance des arts -

Né en 1939 en Vendée, Pierre Encrevé a longuement œuvré, côté linguistique, pour la connaissance en France de l’œuvre de Noam Chomsky et celle de William Labov. Conseiller culturel de Michel Rocard de 1988 à 1991, puis de Catherine Trautmann au ministère de la Culture de 1994 à 1999, il a milité pour l’enseignement de l’histoire de l’art. Ami de Pierre Soulages, il a publié au Seuil et chez Gallimard quatre volumes consacrés aux œuvres du peintre du noir, allant des débuts en 1946 jusqu’aux œuvres de 2013. Pierre Encrevé a fait également beaucoup pour la création du musée Soulages de Rodez.

Cet article Disparition du linguiste Pierre Encrevé, spécialiste de Pierre Soulages est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

L’art de la terre au Danemark

connaissance des arts -

Ou comment s’est forgé en cent ans le design danois, entre tradition artisanale et œuvres d’art. D’un vase de Thorvald Bindesbøll (1846-1908) aux curieuses sculptures de Bente Skjøttgaard (née en 1961), un siècle de grès, de motifs incisés dans l’engobe, de glaçures fabuleuses, d’inspiration japonisante ou rustique, de profonde affinité avec la nature mais surtout une belle histoire de la modernité.

Cet article L’art de la terre au Danemark est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Décès du galeriste Didier Larnac

connaissance des arts -

Né en 1956, Didier Larnac est entré dans le monde de l’art contemporain après avoir été formé à l’École des Beaux-Arts de Nantes en 1979. Il crée la galerie Arlogos à Nantes avec un collectif d’étudiants et expose des artistes importants comme Philippe Cognée, Fabrice Hyber, Gérard Traquandi ou Richard Deacon. Commissaire d’expositions, Didier larnac a également publié un livre sur le sculpteur Toni Grand (édition Analogues) à l’occasion des expositions du musée d’art contemporain de Marseille et du Centre Pompidou en 2007. Après la fermeture de la galerie et pendant plus de dix ans, il a dirigé l’École des Beaux-Arts du Mans, comptant deux cents étudiants environ et une trentaine de professeurs.

Cet article Décès du galeriste Didier Larnac est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Françoise Banat-Berger nommée aux Archives de France

connaissance des arts -

Diplômée de l’École des Chartes, Françoise Banat-Berger débute sa carrière de conservateur aux Archives de Paris. En 1995, elle est nommée responsable des archives du ministère de la Justice, fonction qu’elle occupera jusqu’en 2004. Elle rejoint alors l’administration centrale des Archives de France, en tant que responsable du département de l’innovation technologique et de la normalisation. En 2010, elle est nommée sous-directrice en charge de la politique archivistique, avant d’être promue au poste de directrice des Archives nationales en 2014, nomination qui sera renouvelée en 2017. Elle devient aujourd’hui, et pour trois ans, la nouvelle directrice du service interministériel des Archives de France, un poste resté vacant depuis le départ d’Hervé Lemoine pour le Mobilier national il y a un an.

Cet article Françoise Banat-Berger nommée aux Archives de France est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Idée Lecture : Frida Kahlo intime

connaissance des arts -

L’auteur du livre, Marc Petitjean, le sut lorsqu’un écrivain mexicain vint l’interroger sur la liaison qu’eut avec elle son père, Michel, en 1939 à Paris. Jusque-là, un tableau énigmatique de l’artiste, intitulé Le Cœur, en avait gardé un témoignage secret dans la maison familiale. En remettant en lumière avec un tact infini et une enquête fructueuse cette page d’intimité, Marc Petitjean dresse un tableau incroyablement vivant et sensible de ces années d’avant-guerre où se côtoyèrent, autour des deux amants, du Mexique à Paris, des membres de l’avant-garde culturelle du temps tels que Breton, Picasso et Duchamp. Au-delà de l’apparente modestie du sujet, un livre qui prend une très belle place dans la bibliographie de cette héroïne du Mexique moderne.

Cet article Idée Lecture : Frida Kahlo intime est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Le saviez-vous ? Le Body Art

connaissance des arts -

Marina Abramovic et Ulay

Pionnière de l’usage de la performance, l’artiste serbe Marina Abramovic (née en 1946) marque l’histoire de l’art en explorant les limites du corps humain et les capacités de l’esprit. Dans les années 1976- 1988, elle et son compagnon, l’Allemand Frank Uwe Laysiepen dit Ulay (né en 1943), vivent une histoire aussi passionnelle que productive. Pendant dix ans, avant une séparation houleuse, les deux artistes créent des œuvres et réalisent des performances dans lesquelles ils mettent en scène leur intimité et leur complicité. Se crachant de l’air dans les poumons jusqu’à la quasi asphyxie ou marchant à la rencontre l’un de l’autre sur les quelques 2 000 kilomètres de la muraille de Chine, le duo a multiplié les expériences extrêmes. Ainsi, en 1977, assis dos à dos, cheveux liés pendant 16 heures dans le studio G7 de Bologne (Italie), ils ont admis le public à la 17e heure et sont restés une heure de plus sans bouger.

Relation in Time, Marina Abramovic et Ulay, 1977, Museum of Modern Art, New York.

ORLAN, le manifeste de l’art charnel

Scandale à la FIAC en 1977 ! Le Baiser de l’artiste défraye la chronique. Contre une pièce de 5 francs, les spectateurs pouvaient mettre des cierges à « Sainte ORLAN », et/ou échanger un baiser avec ORLANCorps. Les insultes fusent ! Le discours féministe et teinté d’humour de l’artiste française ORLAN (née en 1947) envisage son corps de femme comme un matériau nouveau. Celui-ci devient un lieu de débat public. Tous les standards de la beauté féminine sont attaqués au scalpel. L’artiste détonne avec des opérations chirurgicales, performances orchestrées en direct du bloc opératoire, des greffes et des implants sur le front, les scans en 3D de son crâne. L’hybridation est son leitmotiv. Photographie digitale, sculpture, biotechnologie, génétique s’entrecroisent. Ses Self-Hybridations (1998) interrogent la mixité des cultures.

Le Baiser de l’artiste, ORLAN, 1977 © Adagp, Paris

L’hostie sanglante de Journiac

Travesti en prêtre dans une galerie parisienne, Michel Journiac (1935-1995) dit une messe en latin (1975). À la fin de l’office, il propose pour l’eucharistie une hostie particulière, faite d’un boudin cuisiné avec son propre sang. L’artiste, qui a été séminariste, voulait ainsi représenter, selon ses propres termes, « l’archétype de la création ».

Messe pour un corps, Michel Journiac, 1969

Apprenez-en plus et faites le tour du monde des arts à travers les siècles avec
L’Histoire de l’Art pour les nullissimes
par Alexia Guggémos, aux Éditions Pour les nuls.

Cet article Le saviez-vous ? Le Body Art est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Un cœur de Joana Vasconcelos pour fêter la Saint-Valentin

connaissance des arts -

On peut apercevoir de loin « Le cœur de Paris », l’œuvre monumentale de Joana Vasconcelos, qui brille à plus de neuf mètres de hauteur. Rotatif et lumineux, s’allumant au rythme des battements d’un cœur, l’œuvre a été réalisée à l’aide de 3800 azulejos (carreaux de faïence décorés) peints à la main par des artisans portugais. Son inauguration, présidée par Christophe Girard, adjoint de la Mairie de Paris pour la culture, et Eric Lejoindre, maire du 18e arrondissement, aura lieu à 18h30 à la Porte de Clignancourt, où se tiendra un bal populaire, invitant les parisiens à danser et à s’embrasser sous l’œuvre. L’installation, destinée a être pérenne, s’inscrit dans un programme d’implantation d’œuvres le long de la ligne du tramway T3, inaugurée le 24 novembre 2018. Quatre autres commandes, disséminées de la Porte de la Chapelle à la Porte d’Asnières, ont déjà été confiées à Alain Bublex, Bruno Peinado, Pierre Malphettes et Odile Decq. La Ville de Paris a opéré un changement radical de méthode. Puisque c’est dorénavant aux Parisiens que la Mairie confie l’accompagnement artistique du tramway, les habitants sont donc invités à définir un projet artistique dans leur environnement via l’action des Nouveaux commanditaires, initiée par la Fondation de France. Pour cela, les citoyens contribuent aux cahiers des charges, en collaboration avec l’artiste et un médiateur culturel, afin de choisir l’œuvre la plus en adéquation avec leur quartier. Pour Clignancourt, c’est après une réfléxion commune que les Nouveaux commanditaires ont demandé à Joana Vasconcelos de créer un signe universel pour ce quartier de convergence. « Le fait d’avoir ce cœur-là traduit l’esprit du quartier, qui est chaleureux et accueillant malgré les difficultés sociales et les problèmes d’urbanisme », explique Nadia, commanditaire du groupe de Clignancourt. Cette œuvre, financée par des fonds publics, fait dorénavent partie du patrimoine artistique de la Ville de Paris.

Cet article Un cœur de Joana Vasconcelos pour fêter la Saint-Valentin est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Les curiosités de Philippe Favier

connaissance des arts -

Amateur de jeux de mots, le plasticien Philippe Favier (né en 1957 à Saint-Étienne) a choisi un titre à double sens pour sa nouvelle exposition. Il n’y est nullement question de la Chine en tant que pays, mais bien de cet art de dénicher objets et curiosités aux Puces, dans les brocantes et autres vide-greniers. Jouets usagés, gravures, cartes postales, boîtes à bijoux ou valises constituent les matières premières de ses œuvres récentes et presque toutes inédites, à la croisée de l’assemblage, du collage et de l’accumulation. Comme toujours depuis ses débuts à l’aube des années 1980, l’inclassable Philippe Favier fait fi des codes, des tendances et des modes de l’art contemporain. S’il puise son inspiration dans notre quotidien le plus ordinaire, il multiplie aussi les clins d’œil à l’histoire de l’art, de l’évocation des danses macabres du Moyen Âge à la présence fréquente de crânes, symboles des vanités. L’artiste travaille à la manière d’un orfèvre et ses créations rappellent le temps des cabinets de curiosités. Tout en accordant de l’importance au moindre détail, il parsème ses pièces d’une touche d’ironie et d’humour qui crée un décalage, une distance avec le réel. À l’occasion de cette exposition composée d’une centaine d’œuvres, Philippe Favier a conçu un coffret-vitrine en édition numérotée (en vente à la boutique du centre d’art) comprenant une vingtaine d’aquarelles et d’encres de Chine qui réinterprètent le principe du catalogue d’ameublement. Des planches d’une incroyable minutie, proches de l’enluminure.

Cet article Les curiosités de Philippe Favier est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Miriam Cahn, à l’état brut

connaissance des arts -

Au milieu des petites maisons coiffées de pierres plates qui parsèment le paysage de la vallée de Bregaglia, en Suisse, l’atelier de Miriam Cahn a de quoi surprendre. Situé en bordure de la route principale qui traverse le village de Stampa, à quelques dizaines de mètres du Centro Giacometti et du musée Ciäsa Granda (cf. « Connaissance des Arts » n°777, pp. 86-91), le bâtiment en béton construit par l’architecte Armando Ruinelli a des allures de bunker. Née à Bâle, l’artiste travaille ici depuis 2016, mais habite dans la région depuis une vingtaine d’années.

Souriante, Miriam Cahn nous reçoit d’abord dans une pièce qui fait office de bureau, de chambre et de cuisine. C’est ici qu’elle vit, parmi ses milliers de disques et de livres alignés sur les rayonnages d’une bibliothèque de cinq mètres de hauteur. « J’aime beaucoup la littérature française, Marguerite Duras, Michel Houellebecq… Mais j’ai très peu de livres d’art. L’art, je ne le lis pas, je le fais ! », confie-t-elle dans un français impeccable, avant d’ouvrir la porte qui mène à son immense atelier, composé de deux espaces, le plus grand dédié à la réalisation des peintures, le second au stockage de ses œuvres graphiques.

Après ses études à la Gewerbeschule, l’école d’arts appliqués de Bâle, entre 1968 et 1973, Miriam Cahn a débuté sa carrière principalement par le dessin et l’aquarelle. Elle a ensuite produit quelques vidéos dans les années 1980 – à partir d’une caméra fixe devant laquelle elle évoluait –, et une série de films en Super 8 au cours de la décennie suivante. Des sculptures monumentales également, taillées dans des troncs d’arbres et immortalisées par la photographie avant d’être détruites. Aujourd’hui, l’artiste consacre le plus clair de son temps à peindre et produit en parallèle des œuvres mixtes : des images réalisées à partir de scans de ses peintures, qu’elle retravaille au crayon. « Je les présente aux côtés des huiles. Cela pose la question de l’œuvre unique et de sa reproductibilité. J’aime jouer sur cette ambiguïté. » […]

Cet article Miriam Cahn, à l’état brut est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Street Art au féminin à l’Institut culturel Bernard Magrez

connaissance des arts -

Il n’y aurait guère plus d’une douzaine d’artistes femmes de renommée internationale pratiquant le Street Art et elles sont presque toutes à Bordeaux, représentées par une soixantaine d’œuvres de techniques très diverses et de grand format. Créées habituellement pour subjuguer le public dans l’univers aléatoire du monde extérieur, elles résistent, dispersées dans les salons d’un château, au statut d’œuvres en soi et en dépit du fait que la plupart de ces artistes soient désormais suivies en galeries.

Cet article Street Art au féminin à l’Institut culturel Bernard Magrez est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Livraison d’un bloc de marbre commandé par Versailles au XVIIe siècle

connaissance des arts -

Lors de travaux de nettoyage, les exploitants d’une carrière de Caunes, dans l’Aude, ont découvert un bloc de marbre rouge dans un bosquet. Ce n’est pas un hasard puisqu’au 17e siècle, la commune fournissait cette pierre aux châteaux et aux monuments du pays. Le bloc était destiné à être envoyé au Château de Versailles pour permettre la construction d’une chapelle, projet qui fut finalement abandonné. Khalid Massoud, gérant de la carrière et président de l’association Marbres en Minervois, entend « honorer la commande comme à l’époque ». Le bloc sera donc acheminé sur un chariot en bois tiré par des chevaux jusqu’au Canal du Midi, puis embarqué en radeau pour suivre les chemins de halage. Le radeau, construit spécialement par la scierie de l’Aude, sera prêt pour le mois de juin. Il faudra donc se montrer patient puisque « le trajet devrait nous prendre 4 à 5 saisons » affirme Khalid Massoud, d’autant plus que le cortège fera étape dans les grandes villes pour faire connaître le projet. Une fois acheminé, le bloc devra être taillé afin de trouver sa place au sein du château.

Cet article Livraison d’un bloc de marbre commandé par Versailles au XVIIe siècle est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Stéphane Couturier face à Léger

connaissance des arts -

Le Grand Remorqueur, un paysage industriel des bords de Seine peint par Léger en 1923, a constitué le point de départ d’une série de clichés inédits. Mêlés à des photographies plus anciennes, ils mettent en évidence ce qui rapproche les deux artistes : le goût des structures, le sens du rythme des lignes et de la couleur, la curiosité pour les mutations de l’espace urbain.

Cet article Stéphane Couturier face à Léger est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Dans le secret des meubles

connaissance des arts -

Billets doux, secrets d’État ou sonnants et trébuchants : les meubles ont toujours abrité des trésors ! C’est le sujet d’une jolie exposition à la Malmaison, organisée autour du secrétaire personnel de Biennais, récemment restauré. À la mort de l’orfèvre de Napoléon, on y a trouvé pas moins de treize compartiments dissimulés… Au fil du parcours habituel de visite sont présentés des meubles assortis de vidéos expliquant où se trouvent les caches et comment elles fonctionnent. Des bureaux, des commodes, une barbière, un coffre à bijoux et des nécessaires de voyage, dont plusieurs ont appartenu à Napoléon, Joséphine ou Cambacérès.

Cet article Dans le secret des meubles est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Profusion d’expositions chez Lelong

connaissance des arts -

Aux dessins photographiques de David Hockney répondent les gravures de Jannis Kounellis, réalisées juste avant son décès, et les estampes récentes de Jaume Plensa. Le second espace avenue Matignon accueille, quant à lui, une exposition réunissant le même Plensa, Kiki Smith et Barthélémy Toguo. Cette situation reflète bien le quotidien des galeries défendant un nombre conséquent d’artistes. « Quand nous recevons des œuvres inédites, notamment de David Hockney, dont nous sommes la seule galerie en France, nous souhaitons évidemment les présenter, précise Nathalie Berghege, et notre nouveau lieu dans le 8arrondissement, voisin des galeries Jacques Lacoste, Kamel Mennour, Piasa ou Christian Liaigre fonctionne déjà très bien ! » Les œuvres y sont proposées entre 1600 € et 65 000 €.

Cet article Profusion d’expositions chez Lelong est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Pages