Actualité artistique

Le paradis perdu de Vincent Bioulès à la galerie Forest Divonne

connaissance des arts -

Il y a chez Vincent Bioulès une « jouissance de peindre » sans limites, un émerveillement devant ce qu’il a sous les yeux, que ce soit sa maison et son jardin ou les paysages enchantés du Sud, entre Montpellier et la mer. Il capte dans ses œuvres sa vie quotidienne de peintre, et la perception irradiante de la lumière, « personnage principal » de ses toiles. Cette exposition réunit des dessins sur papier, accessibles de 1500 € à 2000 €, et des huiles sur toile, de 5000 € à 25 000 €. Après s’être interrogé sur le bien-fondé de la peinture au sein du groupe Supports/Surfaces, Vincent Bioulès retourne finalement à la figuration, dès la fin des années 1970, recherchant le contact direct avec le paysage, peint « sur le motif », et le « jardin perdu » de ses grands-parents à Nîmes, paradis de l’enfance : « Nous nous souvenons d’un ailleurs, d’un autrefois qui hante notre âme et dont le paysage est la métaphore ». Une rétrospective lui sera consacrée par le musée Fabre de Montpellier en 2019.

 

Cet article Le paradis perdu de Vincent Bioulès à la galerie Forest Divonne est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Antibes Art Fair, un salon en Méditerranée

connaissance des arts -

Déjà la 46e édition du Salon des antiquaires d’Antibes ! Malgré les profondes transformations du marché de l’art, ce rendez-vous éclectique installé entre vieux remparts et Méditerranée poursuit sa route. Cent vingt exposants, surtout français et italiens, s’installent. Parmi eux, la galerie Boccara avec ses tapisseries anciennes et contemporaines, et les antiquaires du bijou Francine Joaillerie et Bernard Bouisset. L’artiste américain Matthew Broussard a carte blanche pour apporter une touche contemporaine.

Cet article Antibes Art Fair, un salon en Méditerranée est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Une folle histoire du monde au musée des Beaux-Arts de Valenciennes

connaissance des arts -

Cette exposition est née d’une série d’émissions conçues par Neil McGregor, alors directeur du British Museum, pour la BBC. Autant dire d’une idée folle : raconter deux millions d’années de l’histoire de l’homme à travers cent objets choisis dans les collections du musée londonien ! Cette « leçon de choses » a fait le tour du monde avec un succès considérable. Elle fait aujourd’hui escale à Valenciennes, dans un musée rénové depuis peu. Le plus ancien objet présenté est un bloc de pierre découvert en Tanzanie, utilisé comme outil il y a près de deux millions d’années ; le plus récent une lampe solaire, objet banal mais témoignant de la révolution des nouvelles technologies. On trouve ici les pièces d’or de Crésus, parmi les plus anciennes au monde, une lyre royale provenant de Mésopotamie, là une sculpture bouddhique ou une icône crétoise. Un camée offert au pape Clément VII par Charles-Quint voisine avec une gravure célébrant le centenaire de la Réforme ; une plaque du Bénin représentant un occidental armé avec les cinquante manillas ou bracelets en laiton qui suffisaient à payer un esclave au XVIe siècle. Plus inattendue dans un musée, la contrefaçon d’un maillot de foot du club de Chelsea nargue une carte de crédit des Émirats Arabes Unis… Chaque section, chaque objet est accompagné de textes clairs qui font de l’exposition un parfait outil pédagogique.

 

Cet article Une folle histoire du monde au musée des Beaux-Arts de Valenciennes est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

En voyage avec Younès Rahmoun à la galerie Imane Farès

connaissance des arts -

Pour sa troisième exposition personnelle chez Imane Farès, Younès Rahmoun explore le thème de l’Hijra (« migration » en langue arabe), s’inscrivant dans la tradition islamique de l’Hégire, départ des compagnons de Mahomet de La Mecque vers Médine. Né en 1975 à Tétouan au Maroc, cet artiste polymorphe qui s’exprime habituellement en vidéo comme avec des installations (« Connaissance des Arts » n°731, pp.114-115), livre ici sa perception du voyage intérieur à partir de ses dessins (entre 12 000 € et 90 000 €), dans une véritable expérience immersive.

Cet article En voyage avec Younès Rahmoun à la galerie Imane Farès est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Pages