Actualité artistique

Enchères 2016: la France sauve les meubles!

connaissance des arts -

Avec près de 1,7 milliard d’euros d’ « art et objets de collection » vendus aux enchères en 2016 (frais inclus), soit +3,6% par rapport à l’année précédente, la France est l’un des rares pays à sortir son épingle du jeu. Il y a aussi la Chine, en progression de 7,2%, qui remonte sur la première marche du podium avec 9,3 millliard d’euros. D’après les dirigeants du Conseil des Ventes volontaires, qui ont transmis à la presse ces chiffres le 20 avril, ces données chinoises sont plus fiables d’année en année, le marché local s’étant stabilisé. Mais les autres grandes places internationales sont en net recul: -24% pour les Etats-Unis, qui rétrogradent à la deuxième place, et -28,4% pour le Royaume-Uni, en 3e position, qui a été désservi par la baisse de la Livre Sterling. Pour être encore plus précis, on peut citer la baisse du volume des ventes réalisées par Christie’s à New York, -43%, ou celle de Sotheby’s à Londres, -38%. Pourquoi une telle bérézina? Parce que 2015 avait été une année record, avec des prix si astronomiques, si déraisonnables, que tous les observateurs disaient que le marché avait atteint son apogée et ne pouvait que commencer à fléchir. Et parce que la confiance étant écornée, en cette année 2016 de Brexit, d’élections présidentielles américaines et d’attentats en tout genre, les propriétaires d’œuvres modernes ou contemporaines susceptibles de faire des prix en dizaines de millions de dollars ou de Livres Sterling ont préféré remettre à plus tard leurs éventuels projets de mise en vente. Résultats, moins d’œuvres phares proposées aux enchères, moins de records, et des résultats globaux en baisse. La France s’en sort parce que son marché ne repose pas sur ces segments spéculatifs, mais sur l’art ancien et les « collectibles », notamment les voitures de collection. Quand tout va bien, on le regrette, mais quand tout va mal, c’est tant mieux!

Cet article Enchères 2016: la France sauve les meubles! est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Vidéo : Rencontre avec Todd Hido 3/3

connaissance des arts -

Todd Hido poursuit sur l’enseignement de son mentor Larry Sultan et sur la manière dont peu à peu il s’est affranchi pour définir sa propre voie. Il explique l’importance de cette liberté lorsqu’on est un jeune artiste et à quel point l’art peut être une série de décisions importantes.

Cet article Vidéo : Rencontre avec Todd Hido 3/3 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Giuseppe Penone invité à Rome

connaissance des arts -

Le siège de la maison Fendi, situé dans le palazzo della Civiltà italiana, accueille l’exposition intitulée « Matrice ». Elle articule un ensemble d’œuvres nouvelles créées spécialement pour la marque de luxe, à quinze sculptures datant des années 1970 à aujourd’hui. Parmi les plus emblématiques, et qui donne son nom à l’exposition, Matrice, créée en 2015, est un sapin d’une trentaine de mètres de hauteur, coupé en deux dans le sens de la longueur. Au cœur de l’arbre évidé, couché au sol, l’artiste a coulé du bronze qui épouse les flancs du géant terrassé. L’extrême beauté de l’œuvre et son silence provoquent chez le spectateur une sensation douloureuse, charnelle et émotionnelle. Né en 1947 à Garessio (Piémont italien), Giuseppe Penone est un des derniers grands représentants de l’Arte povera, qui prône la relation entre l’homme et la nature. Le bois, le marbre et le bronze sont ses matériaux de prédilection qu’il associe à l’organique, à l’humain et au végétal pour en révéler les équivalences, la force et la fragilité.  Et c’est sous le titre « Equivalenze / Equivalences » que la galerie Gagosian, qui représente l’artiste, s’associe à l’événement en présentant ses dernières sculptures.

Cet article Giuseppe Penone invité à Rome est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Trésor à vendre : Vases de la Fabrique Kähler au Danemark des années 1940

connaissance des arts -

Voici un lot de trois vases en céramique à décor végétal stylisé qui ont été réalisés par la Fabrique Kähler au Danemark dans les années 1940. Cette manufacture est une entreprise familiale créée en 1893. C’est aujourd’hui la quatrième génération qui est à sa tête. Hermann August Kähler (1846-1917) a marqué l’histoire de la maison par sa créativité, son intérêt pour les émaux et les couleurs brillantes et en particulier pour le rouge vif, un rouge métallique qui fera la renommée de la Fabrique Kähler. L’entreprise fera par la suite travailler des femmes peintres décoratrices qui s’exprimeront toujours très librement mais dans l’anonymat sous la marque HAK.

Cet article Trésor à vendre : Vases de la Fabrique Kähler au Danemark des années 1940 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Vidéo : Rencontre avec Todd Hido 2/3

connaissance des arts -

Todd Hido dit souvent qu’il photographie comme un documentariste mais qu’il développe comme un peintre. Il explique dans cette vidéo tout le processus qui l’a mené à construire son style unique et sa manière de travailler. Il le doit notamment à plusieurs photographes : Roy DeCarava, John Goodman ainsi qu’à son mentor Larry Sultan.

Cet article Vidéo : Rencontre avec Todd Hido 2/3 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Peupliers, brouillard, soleil à la Fondation Beyeler

connaissance des arts -

Monet, on le sait, est l’un des artistes de sa collection permanente avec, notamment, Cathédrale de Rouen : le portail, effet du matin de 1894 et quelques-uns des plus beaux Nymphéas. Autour de ces toiles iconiques, voici réunies quelques-unes des œuvres de Monet parmi les plus fascinantes, éparpillées de par le monde au cœur d’institutions célèbres mais aussi de collections privées d’où elles ne sortent que rarement. On a choisi de porter le regard sur la période allant de 1880 au début du XXe siècle, avec quelques échappées sur l’œuvre tardive, et de construire un parcours par thème : la Seine, les arbres, la mer, Londres, les nymphéas. En réalité, ce ne sont pas tant les sujets qui importent, que leur capacité à amener sur la toile les jeux d’ombre et de lumière, le frissonnement de l’eau, tout cet « univers cosmique » que le peintre espérera avoir atteint avec les derniers Nymphéas. On plonge entièrement dans cette féerie, qui trouve comme une continuation dans la campagne où la Fondation a posé ses grandes baies vitrées. On passe de la débâcle bleue de la Seine, en janvier 1880, à l’évanescence lilas de l’Île aux orties de 1897, au brouillard rose et mauve d’une aube d’été sur le fleuve. La confusion nous envahit, le ciel, l’eau, les saules s’entrelacent en une brume lumineuse. « Je poursuis un rêve. Je veux l’impossible », écrivait Monet. Il nous y a entraînés avec lui.

Cet article Peupliers, brouillard, soleil à la Fondation Beyeler est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Élections présidentielles : Et la culture alors ?

connaissance des arts -

Leurs définitions de la culture

Le sujet de la culture a été très peu abordé lors de la campagne, ce qui n’empêche pas les candidats d’exposer leur vision de la culture. Marine Le Pen dans son programme estime que « la culture est un enjeu pour notre société fragmentée par le communautarisme. Loin d’exclure, elle crée un lien en mettant en avant notre identité ». Emmanuel Macron conçoit la culture comme une possibilité de « se construire de l’intérieur et construire une identité, tout en affirmant le besoin de « préserver la diversité, pour garder la possibilité de choisir, essence de la démocratie ». Benoît Hamon dans son discours du 19 mars à Bercy voit « la culture comme arme dans la mondialisation :  Notre ambition est de casser les barrières entre culture du haut et culture du bas. À mettre la culture en partage dans la société. À refaire du commun.» Jean-Luc Mélenchon affirme que la culture « participe de ce que nous appelons la révolution citoyenne, qui va à l’encontre de la gestion libérale des politiques libérales précédentes ».

L’éducation artistique

L’éducation artistique est le thème sur lequel les candidats ont fait les propositions les plus concrètes. Alors qu’à peine la moitié des Français se rendent dans les musée ou les institutions culturelles, l’enjeu en matière de culture pour les candidats se situe auprès des plus jeunes. Emmanuel Macron souhaite « donner le goût de la culture » et veut que « 100 % des enfants aient accès aux actions d’éducation artistique et culturelle ». Pour cela, il propose une ouverture des bibliothèques le dimanche et le soir et un pass culture de 500 euros qui permettra à tous les jeunes de 18 ans d’acheter des livres ou des contenus culturels sur une plateforme gérée par le ministère de la Culture. François Fillon préconise comme Emmanuel Macron l’élargissement des tranches horaires des bibliothèques et de les étendre à tous les établissements culturels. Il souhaite confier ces heures supplémentaires à des bénévoles ou des jeunes en service civique. Benoît Hamon veut créer une agence nationale pour la culture à l’école. Jean-Luc Mélenchon envisage un renouveau de l’éducation artistique à l’école et dans les conservatoires.

Patrimoine

En matière de patrimoine, seuls Marine Le Pen et François Fillon ont fait des propositions. Marine Le Pen projette de mettre dans la Constitution la protection et la défense du patrimoine et augmenter de 25 % le budget dédié au patrimoine et son entretien. Elle souhaite mettre fin à la vente des palais et bâtiments nationaux. François Fillon annonce un investissement de 2 milliards d’euros pour la restauration et la valorisation du patrimoine et « faire entrer les musées dans l’ère numérique». Il souhaite également renforcer les moyens de la Fondation du Patrimoine par le versement de la moitié des recettes de la publicité sur les bâches des monuments historiques.

Création

Emmanuel Macron préconise une taxation des grands acteurs numériques pour aider les créateurs et les producteurs. Il souhaite la création d’un fond d’investissement de 200 millions d’euros pour soutenir les industries créatives et culturelles françaises. Il veut également lancer un programme Erasmus des professionnels de la culture pour favoriser la circulation des artistes, des commissaires d’exposition et des conservateurs. François Fillon veut créer un musée des chefs d’œuvre de l’Europe basé à Strasbourg, qui disposerait d’un fonds propre pour acquérir des œuvres d’art. Marine Le Pen envisage un plan national de création de filières des métiers d’art et d’implanter un réseau de pépinières d’artistes dans toute la France. Jean-Luc Mélenchon quant à lui propose de supprimer le droit d’auteur après le décès de l’artiste et d’étendre le régime des intermittents du spectacle aux professions artistiques précaires. Benoît Hamon souhaite créer « un statut de l’artiste » dont la protection sociale se trouverait améliorée.

Budget

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon proposent que le budget de la culture atteigne les 1 % du PIB. Emmanuel Macron et François Fillon restent sur les 1 % déjà existant du budget de l’État. Emmanuel Macron demande, en contrepartie, une exigence d’efficacité. Jean-Luc Mélenchon veut intégrer les œuvres d’art dans l’assiette de l’impôt de solidarité sur la fortune. En matière de mécénat, Emmanuel Macron et François Fillon souhaitent étendre la loi Aillagon : Emmanuel Macron veut mettre en place une franchise de 10 000 euros pour déduire les investissements dans des projets culturels et François Fillon envisage d’étendre les déductions d’impôts à la fiscalité locale. Marine Le Pen souhaite développer le mécénat populaire par la création d’une plate-forme dédiée. Hamon projette de créer une taxe européenne sur les géants du numérique pour financer la culture, pour « lutter contre les déserts culturels ».

 

Cet article Élections présidentielles : Et la culture alors ? est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Vidéo : Rencontre avec Todd Hido 1/3

connaissance des arts -

Né dans l’Ohio, adolescent turbulent, il trouve un premier échappatoire dans la compétition de BMX dont il devient champion d’État plusieurs fois de suite. Il explique ce que ce sport lui apporte aujourd’hui dans son travail et enfin comment, faisant l’école buissonnière, il en est venu à la photographie.

Cet article Vidéo : Rencontre avec Todd Hido 1/3 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

La Grande Galerie de Radio Classique : Rodin au Grand Palais 2/2

connaissance des arts -

Cette semaine, Guy Boyer vous emmène en musique dans l’univers d’Auguste Rodin à l’occasion de l’exposition « Rodin : l’exposition du centenaire » au Grand Palais.

Retrouvez Guy Boyer sur Radio Classique : les vendredis à 19h dans l’émission La Grande Galerie, les lundis à 19h45 dans l’émission de Patrick Poivre d’Arvor, le vendredi à la fin du flash info de 13h et le samedi à la fin des flash-infos de 10h et 19h pour ses « Idées de Sortie ».

Cet article La Grande Galerie de Radio Classique : Rodin au Grand Palais 2/2 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Le sculpteur de papier Odon est mort

connaissance des arts -

Né en 1940 au Mans, Guy Houdoin, dit Odon, est diplômé des écoles des beaux-arts de Tours et de Paris. Il utilise le papier dans ses premières toiles expressionnistes et colorées. En 1985, une crise cardiaque le laisse en partie hémiplégique. L’artiste change alors sa technique, le papier devient central dans son œuvre. Odon crée des sculptures de papier tressé qui ont fait sa notoriété. Son œuvre est à découvrir au Palais de l’Europe de Menton jusqu’au 24 septembre.

Cet article Le sculpteur de papier Odon est mort est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Le Centre des monuments nationaux s’associe aux tricots Saint James pour restaurer le Mont-Saint-Michel

connaissance des arts -

En 2017, le CMN a engagé d’ambitieux travaux de conservation du cloître de l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Le jardin va être restauré, l’étanchéité du cloître et celles de ses galeries vont être vérifiées et les sculptures des colonnades et des galeries vont être nettoyées. Le projet est prévu pour durer un an, et son coût est estimé à 2,2 millions d’euros. Pour financer une partie de l’opération de conservation, l’entreprise Saint James, implantée depuis 1889 près du Mont-Saint-Michel, a créé une ligne de marinières où est brodée sur la manche gauche la silhouette du Mont. Pour chaque marinière, vendue au prix de 45€, Saint James s’engage à reverser 2,50€ au Centre des monuments nationaux au profit du chantier de restauration du cloître. La marinière est vendue dans toutes les boutiques Saint James et dans trois boutiques du CMN : celles de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, des alignements de Carnac et des tours de la Rochelle.

Cet article Le Centre des monuments nationaux s’associe aux tricots Saint James pour restaurer le Mont-Saint-Michel est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Vos idées de sortie : Les frères Le Nain au Louvre Lens

connaissance des arts -

Cette semaine, Guy Boyer vous emmène au Louvre Lens qui consacre une exposition aux frères Le Nain.

Retrouvez les « Idées de Sortie » de Guy Boyer tous les vendredi à la fin du flash info de 13h et tous les samedi à la fin des flash-infos de 13h et 19h sur Radio Classique

Cet article Vos idées de sortie : Les frères Le Nain au Louvre Lens est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Daniel Templon, l’invité de l’institut culturel Bernard Magrez

connaissance des arts -

Invité par l’institut culturel Bernard Magrez pour célébrer ce bel anniversaire, Daniel Templon a choisi de réunir, dans le décor néoclassique du château Labottière, cinq artistes qui lui tiennent particulièrement à cœur et qu’il considère comme les plus à même de refléter l’esprit qui le guide depuis toutes ces années : défendre la création contemporaine française tout en étant largement ouvert à l’international, croiser les disciplines et mélanger plusieurs générations. Au fil des cinq espaces monographiques qui composent le parcours, le visiteur est invité à explorer des univers extrêmement différents, de l’esthétique pop de l’incontournable duo Pierre & Gilles aux paysages urbains à la cire chauffée du peintre Philippe Cognée, des figures à l’ironie grinçante de l’icône de l’art contemporain chinois Yue Minjun à l’art polymorphe du plasticien, chorégraphe et performeur belge Jan Fabre, en passant par les délicates et poétiques installations-sculptures de fil et de textile de la jeune artiste japonaise Chiharu Shiota.

Cet article Daniel Templon, l’invité de l’institut culturel Bernard Magrez est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Pages