Actualité artistique

Philippe Favier, l’enlumineur moderne au Prieuré Saint-Cosme

connaissance des arts -

Le Prieuré Saint-Cosme, qui est la demeure du poète Pierre de Ronsard, accueille une sélection de pièces de Philippe Favier sur le thème du noir, en référence aux alchimistes qui devaient faire passer « l’œuvre au noir », au blanc puis au rouge pour transformer un métal quelconque en or. Et l’artiste de préciser : « Je crois […] au réel bonheur d’alchimiste qui m’envahit lorsque la chance et le travail m’accordent un résultat ». Le résultat, ce sont souvent des œuvres de petit format, des collages, des fixés sous verre, qu’il travaille en orfèvre, cisèle et guilloche. Ou en enlumineur, peuplant ses travaux d’un bestiaire fantastique inspiré du Moyen Âge. Pour l’exposition ont été choisies une quarantaine d’œuvres qui entrent en résonance avec l’histoire du lieu, un prieuré du XIIe siècle, et avec Ronsard. On y trouve par exemple un antiphonaire (livre liturgique rassemblant des partitions) rehaussé de diablotins et de squelettes drolatiques. Ou une série de roses, clin d’œil à « Mignonne, allons voir si la rose…», serties à l’émail sous verre et figées pour l’éternité. Des animations originales, ateliers de miniature et parcours musicaux, couronnent cette exposition pas comme les autres.

Cet article Philippe Favier, l’enlumineur moderne au Prieuré Saint-Cosme est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Disparition de Martin Roth, l’homme des musées

connaissance des arts -

Né en 1955 à Stuttgart, Martin Roth avait été formé à l’université de Tübingen et sa thèse tournait autour du contexte politique et historique des musées et des expositions en Allemagne de 1871 à 1945. D’abord chercheur à la Maison des sciences de l’Homme à Paris, il part ensuite au Getty Research Institute, puis se lance dans une carrière dans les musées. Du Deutsches Historisches Museum de Berlin de 1989 à 2001, il passe à Dresde, où il dirige le German Hygiene Museum de 2001 à 2011, puis Londres où il est le premier non britannique à diriger le Victoria and Albert Museum de 2011 à 2016, puis l’Institut des relations internationales de Stuttgart. Son passage au V&A a été marqué de succès puisque le musée a rouvert nombre de galeries nouvelles dont celle consacrée aux arts décoratifs européens de 1600 à 1815, a monté des expositions marquantes comme David Bowie ou Alexander McQueen, a été déclaré « musée de l’année » en 2016 et a pu créer des antennes à Dundee, en Chine et à l’est de Londres. La ministre déléguée du gouvernement fédéral allemand pour la culture a déclaré que « le monde des musées allemands et internationaux a perdu l’une de ses plus éminentes et des plus polémiques personnalités ».

Cet article Disparition de Martin Roth, l’homme des musées est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

La bouteille d’Abraham Poincheval arrivera à Martigny le 25 août

connaissance des arts -

Abraham Poincheval parle de lui comme d’un voyageur-explorateur, qui utilise des sculptures habitables, des capsules, des véhicules immobiles. On avait suivi son séjour dans le corps d’un ours empaillé au musée de la Chasse en 2014. Puis, son installation dans un gros bloc de pierre au Palais de Tokyo il y a quelques mois. Abraham Poincheval surprend toujours dans sa quête autour de la vie en autarcie, de l’enfermement et de la perte progressive des sens. Depuis l’été 2015, il séjourne régulièrement dans sa bouteille de grand format qu’il pose dans des parcs ou parkings. Une bouteille qui remonte à contre-courant le cours du Rhône, de la Camargue à sa source dans les glaciers suisses. Du 25 au 30 août, l’artiste sera donc installé nuit et jour à l’intérieur de son récipient de six mètres de long, délivrant son message sur le relais routier du Saint-Bernard, à Martigny, sa dernière halte. Le public est invité à lui parler à travers la paroi de verre à l’occasion de la Triennale d’art contemporain du Valais qui se tient du 26 août au 22 octobre.

Cet article La bouteille d’Abraham Poincheval arrivera à Martigny le 25 août est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Disparition de l’artiste Dominique Bailly

connaissance des arts -

Nombre d’artistes des années 1980 ont disparu des radars. Ainsi de Dominique Bailly dont l’œuvre est difficilement visible alors que cette sculptrice du végétal a eu droit à de nombreuses expositions il y a trois ou quatre décennies. Pourtant, le domaine de Chaumont-sur-Loire cache au pied de son château d’eau une belle intervention naturelle, L’Abri. Il se blottit en effet sous les arches du bâtiment, reprenant la forme d’une architecture primitive avec ses longs bouts de bois bien alignés. Du Salon de Montrouge en 1985 jusqu’à son intervention au Moulin des Arts de Saint-Rémy en 2015, Dominique Bailly a connu tous les centres d’art français et les lieux en plein air permettant à ses sculptures de dialoguer avec la nature. Forêt bretonne et limousine, littoral de Vendée et bords de Loire, tous les sites lui permettaient d’intervenir avec l’espace et son travail impliquait le mouvement du visiteur dans ce qu’elle appelait des « sculptures-promenades ». « Dans le passage de l’atelier au travail direct dans le paysage, rappelle le domaine de Chaumont-sur-Loire, elle procède du même principe de révélation d’une forme, d’un sens, d’une histoire cachée. L’intervention, qui tient du jardinage et du travail de fouille, met à jour les éléments les plus significatifs découverts lors du repérage, et tend à exalter l’esprit du lieu ». On peut également retrouver des œuvres de Dominique Bailly à Vassivière, dans le parc de l’île Saint-Germain ou au château de Crêvecœur en Auge dans le Calvados ainsi que de nombreux 1% d’Île-de-France.

Cet article Disparition de l’artiste Dominique Bailly est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Les 12 modernes de l’été : Calder, le fils de fer

connaissance des arts -

Dompteur d’un cirque minuscule, créateur de silhouettes nées d’un simple fil de fer tordu, Alexander Calder (1896-1976) a révolutionné la sculpture mondiale. Gai, facétieux, il parle aux enfants et aux poètes. D’ailleurs l’exposition du musée Soulages a pris chez André Breton l’inspiration de son titre. Elle retrace par touches thématiques cinquante années d’une carrière qui débuta à Paris en 1926. La trépidante Joséphine Baker fut à l’époque l’une des premières « victimes » de ses portraits silhouettes en fil de fer, avec ses seins en ressorts coniques. Des figurines il passa aux mobiles, compositions abstraites et colorées ballottées par les courants d’air. Puis vinrent les Stabiles, où éclate son ambition monumentale. À la fois chronologique et thématique, l’exposition réunit environ quatre-vingts œuvres, des plus infimes aux plus imposantes, comme la Spirale de 1958 empruntée à l’Unesco. Pendant que le musée Zervos, à Vezelay, l’expose.

Cet article Les 12 modernes de l’été : Calder, le fils de fer est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Des œuvres de l’artiste chinois Liu Bolin dérobées à Vichy

connaissance des arts -

Une soixantaine d’œuvres du photographe chinois Liu Bolin sont exposées en plein air sur l’Esplanade du Lac d’Allier, à Vichy, à l’occasion de la cinquième édition du Festival Portrait(s). Cette rétrospective est visible jusqu’au 10 septembre. Mais, entre mercredi et dimanche derniers, trois œuvres de grandes dimensions auraient été dérobées et leurs supports dégradés bien qu’elles n’aient à priori pas de valeur marchande. La ville de Vichy a décidé de porter plainte d’autant plus que d’autres dégradations ont déjà été signalées en juin.

Cet article Des œuvres de l’artiste chinois Liu Bolin dérobées à Vichy est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Le musée des Arts décoratifs restaure cinq de ses pièces emblématiques

connaissance des arts -

Les ateliers de conservation et de restauration du musée des Arts décoratifs s’attèlent à un travail très minutieux. Le textile est un matériau très vulnérable en raison de sa sensibilité à la lumière, à la poussière et aux manipulations. C’est pourquoi ces cinq pièces nécessitent une étude approfondie pour une conservation durable. D’une cape datant de la moitié du XVIe siècle à une robe à la française de l’époque de Marie-Antoinette, le but de la restauration est d’assurer l’intégrité des œuvres dans leur authenticité. Les experts étudient d’abord l’histoire du vêtement, pour parfois découvrir des procédés inédits et aboutir à une restauration parfaite. De la consolidation de la doublure d’une robe à la teinture naturelle d’un tissu, ces cinq pièces seront exposées dans les « period rooms » du musée du 22 septembre au 22 octobre 2017.

Cet article Le musée des Arts décoratifs restaure cinq de ses pièces emblématiques est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Les artistes femmes du Prix Marcel Duchamp à la Fondation Fernet-Branca de Saint-Louis

connaissance des arts -

S’il reste encore beaucoup à faire, cette initiative permet de montrer que le domaine de l’art contemporain se « civilise » petit à petit, se féminise, certes légèrement, mais sûrement, puisque sur soixante-dix récompensés, vingt sont des femmes. Elles ont pour nom, parmi les plus connues : Farah Atassi, Yto Barrada, Valérie Belin, Carole Benzaken, Rebecca Bournigault, Valérie Favre, Joana Hadjithomas, Valérie Jouve, Zenib Sedira, Anne-Marie Schneider, Ulla von Brandenburg… L’année 2017 est particulièrement généreuse avec deux femmes nommées, Charlotte Moth et Maja Bajevic, ainsi que Joana Hadjithomas qui travaille en duo avec Khalil Joreige (« Connaissance des Arts », n° 749, pp. 98-99). Le ou la lauréate 2017 sera connu(e) le 16 octobre prochain. Une sélection de leurs œuvres est actuellement présentée à la Fondation Fernet Branca sous le beau titre énigmatique « La terre la plus contraire ».

Cet article Les artistes femmes du Prix Marcel Duchamp à la Fondation Fernet-Branca de Saint-Louis est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Trésor à vendre : Plaque en porcelaine représentant une pèlerine chez JM Béalu & fils

connaissance des arts -

La galerie Béalu & fils met en vente cette plaque en porcelaine représentant le portrait d’une dame pèlerine de saint Jacques de Compostelle. Dès la fin du XVIIIe siècle, l’idée de reproduire sur porcelaine les tableaux des grands maîtres de façon à conserver intactes les couleurs, se développe et cette mode perdurera pendant tout le XIXe siècle. La femme représentée sur cette plaque, d’après un tableau de l’entourage d’Alexis Grimou a été pendant un temps attribuée à Madame de Maintenon. La plaque est vendue 3 500 euros.

Cet article Trésor à vendre : Plaque en porcelaine représentant une pèlerine chez JM Béalu & fils est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Colorama : le Street Art en bleu et blanc à Biarritz

connaissance des arts -

Après une première édition en 2016, le Studio Anyway organise à nouveau le festival Colorama en partenariat avec la Mairie de Biarritz. L’évènement a lieu dans un garage Honda propice à la création d’œuvres monumentales. Cet espace de 2 000 m2 est situé au 47 avenue du Président John F. Kennedy. Inutilisé jusqu’alors, le hangar sera détruit après le festival ainsi que les œuvres exposées qui sont toutes bleues et blanches selon la charte colorimétrique imposée aux artistes. Par ailleurs, Colorama propose aux visiteurs une riche programmation artistique : exposition collective, rencontres et débats avec les artistes… Trois soirées musicales sont également prévues. Durant ces trois semaines, les artistes investissent également l’espace public en créant des œuvres sur des murs et façades de la ville de Biarritz.

Cliquez ici pour plus de renseignements.

Cet article Colorama : le Street Art en bleu et blanc à Biarritz est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Une « Pompéi viennoise » découverte au bord du Rhône

connaissance des arts -

Une vingtaine de spécialistes travaillent depuis le mois d’avril sur cette « Pompéi romaine » et ont découvert plusieurs espaces publics et de riches demeures gallo-romaines dans l’ancien faubourg du site. Une grande mosaïque représentant Thalie, muse de la Comédie, enlevée par le dieu Pan a été révélée à cette occasion. Elle sera restaurée pour être ensuite exposée en 2019 au musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal. Devant s’achever en septembre, les fouilles seront finalement prolongées jusqu’en décembre afin que les archéologues étudient les ateliers présents sur le site et accèdent à des vestiges plus anciens.

Cet article Une « Pompéi viennoise » découverte au bord du Rhône est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Annie Leibovitz, reine d’Arles

connaissance des arts -

Née le 2 octobre 1949 à Waterbury, Connecticut, États-Unis, celle qui fut la compagne de Susan Sontag pendant près de vingt-cinq ans a le talent de transformer une commande commerciale en une œuvre d’art, avec la liberté et la fantaisie qui la caractérisent. Son énergie, son sens de la perspective pour lequel elle reconnaît l’influence de Cartier-Bresson, son sens inné de l’amitié éclatent dès ses premières photographies de John Lennon et des Rolling Stones. Maja Hoffman, grande prêtresse de la Fondation Luma, expose les photographies des années de jeunesse de l’artiste au Parc des Ateliers, ancien site de maintenance SNCF reconverti et en pleine transformation dans l’attente du bâtiment de Frank Gehry. Conçue comme le premier d’une longue série de projets d’envergure consacrés à l’étude et à la réinterprétation des archives vivantes de l’artiste, cette exposition fait suite à l’acquisition par la fondation arlésienne des archives de la photographe, soit quelque huit à dix mille photographies prises entre 1968 et 1983.

Cet article Annie Leibovitz, reine d’Arles est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Le parc du château d’Ancy-le-Franc restauré et réaménagé

connaissance des arts -

Depuis 2014, des travaux sont en cours pour restructurer les 50 hectares de ce parc classé au titre des Monuments historiques. Une étude préalable a permis de mieux comprendre les évolutions successives du jardin initialement créé par Jacques Androuet du Cerceau. Le chantier a débuté par l’agencement du parterre Ouest, où une fontaine du XVIIIe siècle est entourée de pelouses, de rosiers et de tilleuls. La deuxième intervention a débuté récemment : il s’agit de la transformation du parterre Est où quatre tableaux de fleurs seront réalisés. Inspirés de peintures murales situées dans la Chambre aux fleurs du château, ces espaces seront composés de roses, tulipes et anémones. Adaptés aux dimensions du jardin les motifs floraux originaux sont agrandis cent fois et les deux derniers tableaux épousent la forme d’un bassin en pierre. Les plantations du jardin Est devraient s’achever fin septembre mais d’autres pôles du parc seront aménagés dans les quatre prochaines années. Mêlant éléments historiques et compositions contemporaines le parc est dès à présent ouvert aux visiteurs. Enfin, TF1 diffusera en septembre, à l’occasion des Journées du Patrimoine, un film consacré aux transformations du parc d’Ancy-le-Franc dans son émission Reportages.

Cet article Le parc du château d’Ancy-le-Franc restauré et réaménagé est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Des œuvres de Street Art volées en plein jour par de faux agents de la Mairie de Paris

connaissance des arts -

Pourvus d’une échelle et de gilets de chantier deux individus se sont fait passer pour des agents de propreté de la Ville de Paris chargés d’enlever des œuvres de Street Art. Or, la ville dément avoir envoyé une équipe. Les deux hommes s’en sont pris aux œuvres en mosaïque du Street Artiste français Invader, qui s’inspirent du jeu « Space Invaders » créé en 1978. Or, une œuvre d’Invader a été adjugée 220 000 euros par la filiale chinoise de Sotheby’s en 2015. Plus qu’un acte de vandalisme, ce vol est donc peut-être destiné à alimenter le marché de l’art contemporain.

Cet article Des œuvres de Street Art volées en plein jour par de faux agents de la Mairie de Paris est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Pages

Les liens ci-dessous sont des flux RSS d'informations gratuites en provenance d'autres sites internet ayant un rapport avec les cours et stages de peinture et plus généralement l'art . la Société Française de l'Aquarelle n'est en aucune façon responsable du contenu de cette zone grisée.