FOCUS ON ARTIST

art book publishing

Patrick, tu nous manques déjà tellement...

Patrick, je te parle au présent parce que je crois que tu es présent et comme toujours attentif à ceux qui te parlent , attentif et bienveillant .

Dans ce monde futile où l’on compte ses amis sur Internet par centaines, par milliers, tu étais mon Ami au singulier. Ce singulier si rare est un cadeau tardif de nos vies : Toi et moi nous avions du interrompre un beau parcours professionnel avant que le destin nous conduise à une deuxième vie de peintres. Toi c’était par l’urgence d’une greffe.

Entre nous pas de grands discours mais une confiance, une immédiate complicité, une même démarche vers l’essentiel, une même et belle exigence. Avec enthousiasme tu adoptais tous les projets allant dans le sens de l’amitié et du partage, t’y engageant aussitôt avec une énergie et une générosité rares

Tu aurais pu en peinture et quand je parle de peinture je veux et peux dire vie, tu aurais pu n’être qu’un habile de plus qui s’attire l’attention du grand nombre par son savoir faire. Tu avais choisi de savoir être.

Ta peinture était ce qu’elle doit être pour moi une méditation , un chemin pour grandir, une voie vers un partage du meilleur de soi, et pourquoi pas le dire une ascèse joyeuse.

En peinture nous avions choisi la voie du peu qui conduit à l’intense. Comme tu étais dans l’urgence tu as avancé dns cette direction plus loin que moi en créant ton propre style épuré de tout l’inutile. Tes œuvres se contemplent sans fin pour délivrer un message de paix et de beauté accomplie.

Tu m’avais ouvert les portes de l’atelier de Caderousse où nous peignions avec nos amis peintres, les belles avec la même allégresse. Nous allions aussi peindre dans la Région ou dans les Cévennes avec jubilation. Mes carnets de voyage seront pour moi les témoins de ces merveilleux moments d’amitié échangés.

Quand j’ai informé de ton départ tes amis peintres sur internet j’ai eu bien sûr plein de retours attristés mais aussi plein de témoignages disant le bonheur de te rencontrer, de partager des moments avec toi.

Á quelqu’un qui louait ta formidable énergie tu avais répondu : «  je suis pressé de vivre » .

Nous pouvons en faire ton dernier enseignement : «  la vie est courte, soyez vivants ». Ce mot vivant bien compris est un défi formidable ! Tu étais vivant en étant généreux, en étant accueillant, en étant porteur de joie, en étant créateur de beauté pure. Á nous d’être aussi généreux, bienveillant, amicaux, porteur de joies et créateurs de beauté ...

Tu resteras pour moi ce modèle de vie. Adieu Patrick mon Ami , tu nous manques déjà tellement !

Michel Montigné